Inscrivez votre adresse électronique ici pour recevoir nos messages par courrier électronique

mardi 26 juin 2018

Plusieurs représentant.e.s de l’UQAR à Toronto


Le 16 juin dernier, un étudiant au deuxième cycle (Anthony Lacroix), plusieurs étudiantes au troisième cycle (Joanie Lemieux, Valérie Provost, Françoise Picard-Cloutier, Lynda Dion et Marise Belletête) ainsi qu’une enseignante au Département des lettres et humanités (Camille Deslauriers) ont participé à une soirée de lecture dans le cadre du Sommet canadien des écrivains.



Cette soirée de lecture francophone avait lieu au Harbourfront Centre à Toronto, face au lac Ontario, et avait pour thème «L’autre».



Comme contrainte, les participant.e.s devaient écrire à contre-courant de leur pratique habituelle, dans une visée d’ouverture et d’exploration, ce qui a donné lieu à une multitude de textes éclatés, autant sur le plan formel que sur celui des genres littéraires convoqués. L’appel à participation, lancé par Camille Deslauriers, Joanie Lemieux, Françoise Picard-Cloutier et Valérie Provost, a suscité l’intérêt de professeur.e.s et d’étudiant.e.s francophones de plusieurs autres universités, qui ont accepté avec enthousiasme de se prêter au jeu.





http://www.canadianwriterssummit.com/



Marise Belletête
Marise Belletête est étudiante au doctorat en Lettres et création littéraire à l’Université du Québec à Rimouski. Dans son projet, elle s’intéresse à l’univers des contes s’immisçant dans la production romanesque contemporaine, et en explore les résurgences dans son écriture. Son premier roman, L’haleine de la Carabosse, est paru en 2014 aux éditions Triptyque et a été en lice pour la 28e édition du Festival du premier roman. Elle a aussi publié des textes en revue («Ma Bulle», dans Moebius). Elle codirige actuellement un numéro de la revue Voix et Images sur la mémoire du conte dans le récit québécois contemporain avec Marie-Pascale Huglo.


Camille Deslauriers
Photo: Françoise Picard-Cloutier
Camille Deslauriers est professeure régulière en création littéraire au Département des lettres et humanités de l’Université du Québec à Rimouski. Elle a publié Femme-Boa (2005; en lice pour le Prix Alfred Desrochers 2012) et Eaux troubles (2011; Prix des enseignants AQPF-ANEL 2012). Les ovaires, l’hypothalamus et le cœur (Septentrion, collection «Hamac», 2018) est son troisième recueil de nouvelles. Ses recherches portent sur les formes brèves, plus spécifiquement sur la nouvelle et le conte contemporains. Elle s’intéresse également à la géocritique, à la pédagogie de la création littéraire et aux processus de création des nouvelliers et des conteurs.




Anthony Lacroix
Anthony Lacroix a fondé, en 2012, les éditions Fond’tonne. Il est étudiant au deuxième cycle à l’Université du Québec à Rimouski, sous la codirection de Camille Deslauriers et Nathalie Watteyne. Ses intérêts de recherche portent sur la poésie contemporaine, la représentation des lieux en littérature et la recherche-création. Il est présentement directeur de la section poésie pour La Recrue, critique pour Le Mouton Noir et auxiliaire de recherche à la TELUQ. Il a publié trois livres et différents textes dans plusieurs revues de création littéraire.



Françoise Picard-Cloutier
Françoise Picard-Cloutier est doctorante en création littéraire à l’UQAR. En plus de s’impliquer dans la vie littéraire de sa région, il lui arrive d’enseigner la littérature au cégep et, à titre de chargée de cours, à l’université. Elle a publié des nouvelles dans les revues XYZ et Caractère.




Joanie Lemieux
Photo: Françoise Picard-Cloutier
Joanie Lemieux est née à Gaspé. En parallèle avec ses études doctorales, elle pratique la création littéraire. Certains de ses textes lui ont valu des prix, dont celui de l’AQPF-ANEL 2016 (catégorie Nouvelles), pour Les trains sous l’eau prennent-ils encore des passagers?, son premier recueil.




Valérie Provost
Valérie Provost est étudiante au doctorat en lettres à l’Université du Québec à Rimouski. Elle consacre sa pratique d’écriture principalement au récit bref. Quand elle n’écrit pas, elle savoure les joies que lui procure sa campagne d’adoption ou prend la route pour retrouver la ville, qu’elle n’a jamais tout à fait quittée. Son premier livre, Dix semaines et demie, a été publié cette année aux Éditions Fond’Tonne.



Lynda Dion
Lynda Dion écrit des livres sans pudeur dans lesquels elle aborde des sujets qui poussent au dévoilement. Sa vie est partagée entre l’écriture, l’enseignement et l’étude de l’objet littéraire. Elle a fait paraître chez Hamac La Dévorante, La Maîtresse, Monstera deliciosa et Grosse.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire