Inscrivez votre adresse électronique ici pour recevoir nos messages par courrier électronique

mardi 20 mars 2018

Lancement du Meilleur dernier roman de Claude La Charité


L’éminent homme de lettres et professeur titulaire au département des lettres et humanités de l’université du Québec à Rimouski, Claude La Charité, sera bientôt en tournée de lancement pour son premier roman, Le meilleur dernier roman.
 
Cette deuxième œuvre de fiction paraîtra à la fin mars aux éditions de L’instant même et sera lancée : 
  • à Rimouski, le jeudi 29 mars à 17 h 30 à la Librairie L’Alphabet (120, rue Saint-Germain Ouest) – https://www.facebook.com/events/1667526489970411; 
  • à Montréal, le jeudi 12 avril à 17 h 30 à la Librairie Zone libre (262, rue Sainte-Catherine Est) – https://www.facebook.com/events/245413749335095;
  • à Québec, le samedi 14 avril à 15 h et le dimanche 15 avril à 13 h au Salon international du livre (Centre des congrès);
  • et à Paris, le mercredi 20 juin à 18 h 30 à la Librairie du Québec (30, rue Gay-Lussac).


« Pour nous récompenser, nous tenions notre réunion finale au restaurant. C’était une façon de nous hausser au rang de l’Académie Goncourt qui, chaque année, délibère chez Drouant et trouve le moyen, entre la poire et le fromage, de s’entendre à l’unanimité ou à la majorité simple sur un gagnant. Par dérision, je nous avais pompeusement rebaptisés l’Académie Anthume et j’avais réservé six places à la meilleure table en ville, Le luxe d’Apicius. Contrairement aux membres de l’autre académie, nous n’avions pas de couverts vermeils gravés à notre nom. Du reste, ils sont dix et nous n’étions que six. Mais à ces différences près, il n’est pas exagéré de dire que l’Académie Anthume valait bien l’Académie Goncourt. Même propension à parler de livres qu’on n’a pas lus ou alors pas entièrement ou trop vite, même impression exagérée d’appartenir à l’histoire, même conviction de fabriquer la postérité par l’onction d’un prix dont les voies, comme celles du Seigneur, sont impénétrables. » Claude La Charité, Le meilleur dernier roman, Longueuil, L’instant même, 2018, 178 p. (extrait du chap. 8)

Claude La Charité
Comme Des Esseintes, le personnage de Huysmans, Claude La Charité fait tout à rebours. Puisqu’il a vécu sa crise de la quarantaine alors qu’il n’avait pas vingt ans, il a commencé sa crise d’adolescence au seuil de la quarantaine en publiant en 2015 sa première œuvre de fiction, La pharmacie à livres. Il récidive ici avec Le meilleur dernier roman. Puisqu’il fait tout à l’envers de tout le monde, ce Meilleur dernier roman est son premier roman. Et si, à Dieu ne plaise, ce devait aussi être son dernier, la critique unanime pourra dire que c’était son meilleur.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire