Inscrivez votre adresse électronique ici pour recevoir nos messages par courrier électronique

jeudi 21 décembre 2017

Une recherche sur le processus de création des conteurs et conteuses



Le travail n’arrête jamais, même si on est en sabbatique ou bien sur le point de terminer notre thèse. C’est ce que nous ont prouvé, cet automne, la professeure et chercheuse Camille Deslauriers ainsi que son étudiante et assistante à la recherche, la doctorante Marise Belletête, avec leur projet de recherche «Des avant-textes au spectacle / recueil de contes : étude des processus créateurs de trois conteurs contemporains québécois».

Dans le cadre du projet, un documentaire produit par le Sherbrookois Jean-Sébastien Dubé, collaborateur à l'étude et lui-même conteur, nous dévoile une partie des résultats de cette recherche qui vise à briser certaines images préconçues que nous pourrions avoir sur le genre littéraire du conte. Quels sont ces préjugés et comment la pratique actuelle des conteurs et conteuses parvient-elle à les déjouer? Vous pouvez vous faire votre propre idée sur la question en visionnant la vidéo gratuitement en ligne, ici :





Camille Deslauriers
Photo: Françoise Picard-Cloutier
Camille Deslauriers est professeure régulière en création littéraire au Département des Lettres et humanités de l’Université du Québec à Rimouski. Elle a publié deux recueils de nouvelles : Femme-Boa (2005; en lice pour le Prix Alfred Desrochers 2012) et Eaux troubles (2011; Prix des enseignants AQPF-ANEL 2012). Son troisième recueil, intitulé Les ovaires, l’hypothalamus et le cœur, sera publié en janvier 2018 aux éditions du Septentrion, dans la collection « Hamac ». Ses recherches portent sur les formes brèves, plus spécifiquement sur la nouvelle et le conte contemporains. Elle s’intéresse à la géocritique, à la pédagogie de la création littéraire et aux processus de création des nouvelliers et des conteurs.



Marise Belletête
Marise Belletête est étudiante au doctorat en Lettres et création littéraire à l’Université du Québec à Rimouski. Dans son projet, elle s’intéresse à l’univers des contes s’immisçant dans la production romanesque contemporaine et en explore les résurgences dans son écriture. Son premier roman, L’haleine de la Carabosse, est paru en 2014 aux éditions Triptyque et a été en lice pour la 28e édition du Festival du premier roman. Elle a aussi publié des textes en revue («Ma Bulle», dans Moebius). Elle codirige actuellement un numéro de la revue Voix et Images sur la mémoire du conte dans le récit québécois contemporain avec Marie-Pascale Huglo.




lundi 18 décembre 2017

Un texte de Mélitza Charest sur le site de la revue Cavale



En novembre dernier, l’étudiante à la maîtrise Mélitza Charest a publié une nouvelle intitulée «Délicatesse et raffinement» sur le site de Cavale, la revue de littérature et d’arts visuels des étudiant-e-s de l’Université de Sherbrooke.

 

Vous pouvez lire sa nouvelle, à la narration unique, en suivant ce lien :

http://www.revuecavale.com/artstextuels/2017/11/16/dlicatesse-et-raffinement

 

Profitez-en pour découvrir les autres textes et œuvres visuelles diffusés sur le site Internet ainsi que les détails des derniers numéros de la revue papier.


http://www.revuecavale.com/



Mélitza Charest
Mélitza Charest est étudiante à la maîtrise en lettres, profil création. Romancière et dramaturge principalement, elle a un passé marqué par la recherche en art médiatique comme documentariste. Elle enseigne le français langue seconde tout en poursuivant sa démarche de création dans la sublimation de l’absurdité. Son premier roman, Risques élevés, a été achevé en 2017. Un second tome, Sacrifices féminins, est en cours d’écriture. En parallèle, elle a débuté l’écriture de sa troisième pièce de théâtre, Make it rain. Elle a également publié plusieurs nouvelles depuis 2012.



vendredi 15 décembre 2017

Un autre étudiant publie dans la revue Pøst-



Peut-être connaissez-vous Julien Chauffour pour ses travaux sur la satire ou pour ses textes de prose, mais saviez-vous qu’il s’adonnait également à la poésie?


Déjà avide de ce genre littéraire, le candidat au doctorat Julien Chauffour a publié, il y a quelque temps, une suite poétique intitulée « La vertèbre » dans le chapitre II du premier numéro de la revue numérique Pøst-.


Vous pouvez lire sa publication via le lien suivant : https://revuepost.com/la-vertebre/
Et tandis que vous y êtes, jetez un coup d’œil à celles des autres poètes publié.e.s, comme Alice Bergeron, également doctorante, dont le poème est paru dans le chapitre I (plus de détails ici : http://www.creationlitteraire.org/2017/11/la-poesie-dalice-bergeron-sur-le-web.html).


https://revuepost.com/


Julien Chauffour
Julien Chauffour travaille sérieusement sur la satire et comiquement sur le sérieux dans l’espoir qu’il en résulte un diplôme de doctorat (Université du Québec à Rimouski). Il vit entre deux mondes opposés et de cet endroit il écrit des nouvelles étranges, où se mélangent science et fiction (revues Solaris, Ekphrasis) ainsi que des essais où la pensée cherche un peu de lumière (La Chambre Claire). Il tire de sa respiration quelques poèmes qui apparaissent parfois à la surface (revue Pøst-).