Inscrivez votre adresse électronique ici pour recevoir nos messages par courrier électronique

mardi 31 janvier 2012

Une conférence-causerie de Perrine Leblanc


Perrine Leblanc viendra discuter avec nous de son parcours de création, de son travail dans le milieu de l'édition et, bien sûr, de son roman L'homme blanc qui vient d'être publié dans la collection «Blanche» chez Gallimard sous le titre Kolia et qui a été maintes fois salué tant par la critique que par les lecteurs et qui s'est mérité de nombreux prix littéraires (Ville de Montréal, Gouverneur Général), etc.

La conférence-causerie avec Perrine Leblanc aura lieu le mardi 7 février 2012 à 13h15 au local E-304 de l’Université du Québec à Rimouski.

Née à Montréal en 1980, où elle habite toujours, Perrine Leblanc a grandi à Victoriaville. Diplômée en lettres de l’Université Laval et de l’Université de Montréal, elle a été tour à tour professeure de flûte traversière, journaliste littéraire, correctrice et réviseure. Elle a travaillé au Service éditorial de Leméac pendant quatre ans. Elle est éditrice et travaille à son prochain roman. L’homme blanc, Grand prix du livre de Montréal, gagnant du Combat des livres de Radio-Canada et prix littéraire du gouverneur général du Canada, a paru sous le titre Kolia, à l’automne 2011, dans la collection « Blanche » des éditons Gallimard. La traduction anglaise devrait paraître en 2013.

mardi 24 janvier 2012

Les mots à la dérive. Concours littéraire 2012 « Figure de proue…»

Un concours destiné à tous les écrivains amateurs n'ayant pas encore été publiés par une maison d'édition. Sont invités à y participer tous les gens inspirés par une histoire vécue ou imaginée sous le thème « Figure de proue…». Le texte doit être original et rédigé en français; il ne doit pas dépasser 1 500 mots à 1.5 interligne. Le nombre de mots doit être inscrit à la fin du texte. Il peut adopter toute forme littéraire. Une même personne ne peut remporter un premier prix deux années consécutives. Les textes devront être expédiés au bureau de la Fête des chants de marins par courriel (chants.marins@globetrotter.net) et le chèque par la poste au plus tard le lundi 2 juillet 2012. Les frais d'inscription sont de : 20 $ pour les adultes et gratuits pour les 20 ans et moins (Volet Relève). Ces derniers doivent inscrire leur date de naissance.

Ceux qui voudraient avoir une idée de la qualité des textes primés les années passées peuvent se procurer le recueil intitulé Les mots à la dérive publié récemment. Ils auront beaucoup de bonheur à le lire. On peut le commander par la poste ou par courriel au bureau de la Fête pour la somme de 22 $ (frais de poste inclus).

Un jury composé de trois personnes ayant une compétence reconnue en littérature formera le comité de sélection. Prix des auteurs : Prix « Vaste Océan » 300 $, prix « Douce Mer » 200 $, Prix « Grand Fleuve » 100 $ (volet Relève). Les textes gagnants seront lus devant public après la dictée maritime qui se tiendra le dimanche 19 août 2012. Veuillez prendre note que la Fête se réserve le droit de publier ultérieurement les textes gagnants du concours comme elle l'a fait avec le recueil Les mots à la dérive en 2008; et ceci avec la permission des auteurs.
Concours littéraire La Fête des chants de marins
Case postale 905
Saint-Jean-Port-Joli (Québec)
GOR 3GO
Tél. : 418-598-9465

lundi 23 janvier 2012

Dany Laferrière à l'UQAR

Causerie avec Dany Laferrière animée par Évelyne Deprêtre (doctorante en lettres), le vendredi 27 janvier à 13h30 au local C-415 de l’UQAR. Tous et toutes sont les bienvenus...

mercredi 11 janvier 2012

Nuit d'écriture 2012

Le vendredi 27 janvier 2012, de 20 h à 8 h, aura lieu la première Nuit d’écriture de l’Université du Québec à Rimouski.

Organisée par la revue littéraire étudiante Caractère, la Nuit d’écriture 2012 est une occasion unique pour les étudiants de l’UQAR et du Cégep de Rimouski de paufiner leur plume via une série d’ateliers pluridisciplinaires où ils pourront apprendre et mettre en pratique plusieurs techniques d’expression. Plus de 10 ateliers seront ainsi proposés aux participants, notamment sur la poésie, le théâtre, la bande dessinée, le conte, la photo, la nouvelle, l’écriture érotique, etc. Dans une ambiance feutrée, les ateliers seront animés par plusieurs personnalités du milieu uqarien, rimouskois et national. En effet, la Nuit d’écriture accueillera un auteur québécois de renommée internationale, Jean-Simon DesRochers. Écrivain et artiste multidisciplinaire, Jean-Simon DesRochers a reçu de nombreux prix pour ses romans, recueils de poésie et livres d’artiste, et participe à de nombreuses lectures publiques. Enfin, reprenant le concept du Marathon d’écriture du Cégep de Rimouski, les participants auront le choix de remettre un texte aux organisateurs afin d’être publié dans un numéro spécial de la revue Caractère en avril 2012. Les activités auront lieu au Café l’Auriculaire de l’UQAR (E-030).

Les places étant limitées, il est préférable de se procurer un billet en prévente à la COOP de l’UQAR (D-108) au coût de 5 $. Ils seront néanmoins disponibles au coût de 7 $ à la porte.

vendredi 6 janvier 2012

Sur la route de la soie, à dos de chameau, les merveilles du désert

Texte de Christine Portelance, paru initialement dans Le mouton noir (1er janvier 2009).

À dos de chameau, dans le désert de Gobi - Photo : Christine Portelance
À dos de chameau, dans le désert de Gobi - Photo : Christine Portelance

Cette chronique de réflexions et de souvenirs de voyage a débuté à l’automne 2006 au retour d’un premier séjour en Chine de deux mois et demi, puis il y a eu un deuxième séjour de cinq mois en 2008. L’auteure compte retourner en Chine en mars 2009.
La chaleur, le balancement du chameau, les courbes des dunes, tout porte à la rêverie. En dodelinant, je ne peux qu’esquisser un sourire à la seule pensée de passer la nuit dans le désert. Douce jouissance d’un plaisir annoncé. Et puis, j’adore les mots désert de Gobi, aussi évocateurs que Tombouctou. Tant de voyages dans les mots!
Sous la lumière éblouissante, je plisse des yeux pour suivre les ondulations serpentines du sable. Euphorique, je me surprends à penser que nous aurions dû choisir l’excursion de trois jours, car arriver en chameau à Mogao – que nous avons visité le matin – eût été toute une sensation!
Dunhuang, notre point de chute, est une grande oasis très fertile en marge du désert de Gobi, au carrefour des pistes nord et sud de la route de la soie.
À 25 kilomètres au sud-ouest, Mogao. Un centre majeur de culte et d’enseignement bouddhique à partir de l’an 366, date de la construction de la première de ses 492 grottes peintes et sculptées. Un creuset où le bouddhisme indien se transmutera en bouddhisme chinois.
Chaque seigneur, au lieu de détruire l’image laissée par son prédécesseur pour la remplacer par la sienne, a choisi de respecter le lieu. S’y trouvent ainsi conservés 1000 ans d’art bouddhique : trente fois la superficie de la chapelle Sixtine. La construction des grottes et le travail des artistes ont été commandités par des mécènes. C’est ce qu’on appelle la culture, une caractéristique humaine en voie d’extinction, semble-t-il.
La dynastie Sui, de courte durée pourtant, en a bâti un grand nombre : l’art des Sui est fascinant, car, tout en étant bien chinois, on y distingue encore la fluidité d’une influence gréco-indienne. Avec les Tang, Mogao connaît son apogée ; dans les fresques apparaissent alors les apsara, ces fées volantes sans ailes devenues la marque du lieu.
Pour la visite, guide obligatoire. On me propose en anglais un guide anglais. Je réclame un guide français. L’employé chinois de rétorquer en souriant que je parle pourtant anglais. Tout sourire, je lui explique, en chinois cette fois, que ma langue maternelle est le français. La copine française qui m’accompagne aurait accepté d’emblée un guide anglais, mais lorsque nous croisons un groupe d’une quinzaine d’Américains retraités, puis un groupe d’une vingtaine de Chinois, elle apprécie grandement cette guide au français impeccable, juste pour nous deux. Si les Français ne réclament pas de service en français, pourquoi y aurait-il des services en français? Pourquoi les Chinois apprendraient-ils le français? Québec, quand tu nous tiens!
La découverte de chaque grotte, un ravissement. Fraîcheur et pénombre à l’intérieur, soleil brûlant à l’extérieur. Ce va-et-vient entre l’ombre et la lumière instaure une sorte de cérémonial. Au sortir de chaque grotte, notre guide a cette coquetterie bien chinoise d’ouvrir son ombrelle pour protéger sa blanche carnation, même pour ne faire que quelques pas. La visite terminée, elle nous salue et nous met en garde contre la chaleur : il fait 40 degrés sur le coup de midi.
Sans prévenir, mon chameau s’écrase dans le sable et refuse de bouger, le chamelier devra se faire persuasif pour le décider à s’ébranler à nouveau. Dix minutes plus tard, le chameau récidive en tentant cette fois de se débarrasser de son fardeau, c’est-à-dire moi. J’ai à peine le temps d’éviter que ma jambe soit écrasée sous son poids. Son maître devra user d’autorité et joindre le geste à la parole. À nouveau juchée sur la bête, je crois comprendre sa réticence par cette chaleur quand nous commençons à escalader les dunes, mais c’est dans les descentes que je deviens craintive : retenu par la bride, obligé de freiner son élan, ce mâle rétif descend de biais, et j’ai toujours l’impression qu’il lui suffirait d’un mouvement d’humeur pour m’éjecter cul par-dessus tête.
Puis, assise sur une crête, je hume la lumière rose au baissant du jour : the sky is like skin, dirait Cohen. Dans le sable, une trace de scarabée.
Au campement, le guide a monté les tentes, préparé le feu. Avec des morceaux de racines, il a construit un grand dragon. Je lui offre de le prendre en photo ; il n’attendait que ça, il s’étend dans le sable au côté de la bête fabuleuse, le menton dans sa paume. Son sourire évoque celui du grand Bouddha couché.
La nuit étend son ombre. Jamais dormir à la belle étoile ne m’avait paru plus juste expression. Mais y a-t-il des scorpions? Or je ne connais pas le mot scorpion en chinois. Lorsque je tente la question, le guide me répond qu’il y a des serpents et que l’on doit dormir dans la tente.
Allongée sous la tente, la tête dehors, je regarde ces points scintillants de plus en plus nombreux, puis la Voie lactée qui apparaît, compacte. Tous les atomes de mon corps s’agitent, excités par tant de beauté : je ne pourrai fermer l’œil de la nuit. Je comprends pêle-mêle les peintures de Mogao, le chant, la danse, la musique, les contes sous les étoiles, la quête des Rois mages même…
Je comprends que, privée de beauté, l’humanité est malade, malade de ne plus voir la voûte céleste, de ne plus sentir la courbure de l’univers. Pourquoi les gens aiment tant la mer, si ce n’est par besoin, inconscient peut-être, de voir loin, de sentir cette courbure du ciel et de la terre?
Le ciel pâlit, l’image s’inverse lentement.
Sur le chemin du retour, le guide marche devant, pieds nus dans le sable tiède ; il prend un malin plaisir à nous pointer chaque trace de serpent.
Dans le balancement du chameau, mon corps me dit qu’une expédition de trois jours n’eût pas été réaliste…