Inscrivez votre adresse électronique ici pour recevoir nos messages par courrier électronique

mercredi 10 octobre 2018

Le meilleur dernier roman de Claude La Charité en lice pour un prix littéraire rimouskois


L’homme de lettres et professeur titulaire au Département des lettres et humanités de l’Université du Québec à Rimouski, Claude La Charité, est en nomination pour le Prix Jovette-Bernier 2018 avec son premier roman, Le meilleur dernier roman.

Le meilleur dernier roman,
Éditions L'instant même
En effet, à la dernière rencontre du comité «Prix littéraire» du Salon du livre de Rimouski, trois livres ont retenu l’intérêt des membres du comité pour leur originalité et leurs qualités littéraires : La bête creuse, de Christophe Bernard; Le meilleur dernier roman, de Claude La Charité; et Encabanée, de Gabrielle Filteau-Chiba.

Le nom du lauréat ou de la lauréate sera dévoilé lors du Salon du livre de Rimouski, le jeudi 1er novembre 2018 à 17h30 à la scène Hydro-Québec. Le prix consiste en une bourse de 1000$, offerte conjointement par la ville de Rimouski et le Salon du livre de Rimouski.

Le prix Jovette-Bernier est un prix littéraire qui vise à encourager les auteurs et autrices de la région pour une parution récente et exceptionnelle. Il s’adresse aux personnes originaires du Bas-Saint-Laurent ou habitant la région depuis au moins cinq ans.





Claude La Charité
Comme Des Esseintes, le personnage de Huysmans, Claude La Charité fait tout à rebours. Puisqu’il a vécu sa crise de la quarantaine alors qu’il n’avait pas vingt ans, il a commencé sa crise d’adolescence au seuil de la quarantaine en publiant en 2015 sa première œuvre de fiction, La pharmacie à livres. Il récidive ici avec Le meilleur dernier roman. Puisqu’il fait tout à l’envers de tout le monde, ce Meilleur dernier roman est son premier roman. Et si, à Dieu ne plaise, ce devait aussi être son dernier, la critique unanime pourra dire que c’était son meilleur.


mardi 18 septembre 2018

Un premier roman jeunesse par Mylène Fortin


Après deux romans pour adultes et un guide pour la création, l’étudiante au doctorat Mylène Fortin vient de faire paraître son premier roman pour la jeunesse, On s’en fout des garçons, aux éditions Andara. Vous pouvez dès maintenant vous le procurer en librairie. S’il est principalement destiné à un jeune public, tous peuvent assurément y trouver leur plaisir, même les garçons!

Résumé du livre:
http://www.andara.ca/catalogue/nouveautes/a-leau-les-demi-freres/
Fleur et Fée-Ann habitent avec leurs demi-frères une semaine sur deux. S’adapter à une nouvelle famille comporte son lot de joies, de défis et de surprises. Surtout quand on a pour demi-frères les trois garçons les plus énervants de la galaxie!


Mylène Fortin
Mylène Fortin enseigne le français et la création littéraire à Matane, d’où elle est originaire. Ayant complété un baccalauréat et une maîtrise en études littéraires à l’Université du Québec à Montréal, elle est actuellement doctorante en création littéraire à l’Université du Québec à Rimouski. Ses recherches portent sur la figure de l’écrivain comme personnage romanesque aux prises avec l’inextinguible du désir. Formée en théâtre, elle a coécrit trois pièces. Son premier roman, Philippe H. ou La Malencontre, est paru en 2015 (finaliste au Festival du premier roman de Chambéry). Elle signe également en 2016 la nouvelle «Toute une femme» dans le recueil Travaux manuels (dirigé par Stéphane Dompierre) ainsi que Noir sur blanc, guide d’improvisations littéraires inspiré par son expérience d’animatrice d’ateliers de création littéraire. Son deuxième roman, Philippe H. dans l’angle mort, est paru en mars 2017. Avec On s’en fout des garçons, publié chez Andara, Mylène signe son premier roman jeunesse.

lundi 10 septembre 2018

Causerie autour du Meilleur dernier roman de Claude La Charité


Claude La Charité, professeur au département, participera à une causerie 5 à 7 dont l’objet est son plus récent livre, Le meilleur dernier roman, publié chez L’instant même. Animé par Vickie Vincent, l’événement aura lieu le 14 septembre 2018, à la Forge à Bérubé, à Trois-Pistoles (363, rue Vézina) à compter de 17h.

Pour plus d’information :  https://www.facebook.com/events/240294716598248/

Extrait :
«Gaétan pensa à un grand bonhomme de petite stature : le conteur Télesphore Rioux qui mesurait à peine quatre pieds et demi. Il était à lui seul un conservatoire de folklore. Il se vantait d’avoir connu les derniers bûcherons à pratiquer la chasse-galerie comme transport collectif. Et malgré sa petite taille, il était jambé comme un orignal, si bien qu’invariablement, dans ses contes, vrai comme il était là, il chaussait des bottes de sept lieues. C’est à lui que l’on devait la réputation du Bas-du-Fleuve comme terre de légendes. Il avait ancré dans l’imaginaire collectif l’idée que les trois clochers de l’église de Trois-Pistoles étaient dus à une trinité peu orthodoxe : le bon boire, la bonne bouffe et la bonne baise.» (Claude La Charité, Le meilleur dernier roman, Longueuil, L’instant même, 2018, p. 85)

Claude La Charité
Claude La Charité a une double personnalité.
Le jour, il est Dr Jekyll, professeur au Département des lettres et humanités à l’Université du Québec à Rimouski, titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire littéraire et patrimoine imprimé, directeur du Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité XVIe-XVIIIe siècles et membre de la Société royale du Canada.
La nuit, il se transforme en Mr Hyde et se livre aux plaisirs équivoques de la fiction. C’est ainsi qu’il a écrit un premier recueil de nouvelles, La pharmacie à livres et autres remèdes contre l’oubli, publié en 2015. Il a récemment récidivé avec Le meilleur dernier roman, paru à L’instant même.