Inscrivez votre adresse électronique ici pour recevoir nos messages par courrier électronique

jeudi 17 janvier 2019

Trois étudiant.e.s préparent des ateliers pour le cours de création sur les formes brèves


Au cours de la session d’hiver, les étudiantes Laurence Veilleux et Valérie Provost (respectivement inscrites au premier et troisième cycle) ainsi que l’étudiant Anthony Lacroix (deuxième cycle) animeront chacun.e un atelier de création littéraire dans le cours CRE20610-05 ‒ Atelier d’écriture: Formes brèves, donné par la professeure Kateri Lemmens.

Anthony Lacroix, 22 janvier: Du souffle à la voix: le slam et la poésie narrative

Dans cet atelier, nous nous intéresserons au concept de la voix de l’écrivain.e. Nous ferons d’abord un bref survol de l’histoire du slam et de ses répercussions sur la scène littéraire québécoise pour ensuite nous concentrer sur sa forme écrite et ses dérivations en poésie contemporaine. À la suite de cette présentation, les élèves seront amené.e.s à trouver leur propre voix, puis à penser à la façon qui leur semblera la plus juste pour la retranscrire dans le contexte d’un poème narratif, d’une performance scénique ou d’une lettre poétique.

Laurence Veilleux, 19 février: Le récit poétique

Élaboration du personnage dans un récit poétique, intertextualité et symboles, l’exemple d’Amélia et atelier d’écriture à partir du guide Le Trappage de Paul-André Veilleux.

Valérie Provost, 27 février: Texte fragmentaire et motif du photo-montage

Cet atelier d’écriture explorera le texte fragmentaire par le biais d’un motif récurrent de ce type d’écriture : le photo-montage. À l’aide de repères théoriques mis de l’avant par Marie-Pascale Huglo dans son ouvrage Le sens du récit et en prenant exemple sur l’œuvre L’album multicolore de Louise Dupré, les étudiantes et étudiants seront invité.e.s à produire leur propre texte photographique.

Anthony Lacroix
Anthony Lacroix termine des études de maîtrise à l’Université du Québec à Rimouski, sous la codirection de Camille Deslauriers et Nathalie Watteyne (Univ. de Sherbrooke). Son mémoire en recherche-création porte sur la représentation des lieux et particulièrement des «lieux-refuges» dans l’œuvre de Patrice Desbiens. Il a fondé les éditions Fond’tonne en 2012. Il a publié un livre (Carcasse d’Occident : haïkus & autres non-poèmes, 2014), deux fanzines (Les fonctionnelles, 2014; Derrière les portes closes, 2015) ainsi que des articles savants et textes de création dans des revues ou ouvrages collectifs. Il est présentement directeur de la section «poésie» pour La Recrue du mois, critique pour le journal Le Mouton Noir, aide la réalisation d’une anthologie des poètes québécois.e.s oublié.e.s et directeur des éditions Fond’tonne.

Valérie Provost
Valérie Provost est étudiante au doctorat en lettres à l’Université du Québec à Rimouski. Elle consacre sa pratique d’écriture principalement au récit bref. Quand elle n’écrit pas, elle savoure les joies que lui procure sa campagne d’adoption ou prend la route pour retrouver la ville, qu’elle n’a jamais tout à fait quittée. Son premier livre, Dix semaines et demie, a été publié en 2018 aux Éditions Fond’Tonne. On peut aussi lire ses textes dans les revues Mœbius, Zinc, Art Le Sabord et XYZ.

Laurence Veilleux
Née à Saint-Benjamin en 1994, Laurence Veilleux est l’auteure de Chasse aux corneilles (Poètes de brousse, 2014) et de Amélia (Poètes de brousse, 2016; finaliste au prix Émile-Nelligan 2016 et lauréat du prix Félix-Leclerc 2017). Récipiendaire du prix de la relève artistique du Bas-Saint-Laurent en 2016, elle est rédactrice adjointe du cahier «Champ libre» du journal Le Mouton Noir et a codirigé le collectif de microédition rimouskois La Balconnière de 2014 à 2017. Son troisième livre de poésie, Elle des chambres, paraîtra au printemps 2019 aux éditions Poètes de brousse.

mardi 15 janvier 2019

Une septième Nuit d’écriture à l’UQAR


La septième édition de la Nuit d’écriture de l’UQAR, qui aura pour thème «La rue et tous les autres chemins», aura lieu cette année au Baromètre. L’invitée d’honneur est l’écrivaine Marie Darsigny, qui offrira deux ateliers au cours de la nuit. Les autres ateliers seront animés par Nicholas Giguère, Véronique Grenier, Simon Rousseau et LP Sicard.

L’événement débutera le 18 janvier à 20h et se terminera le 19 janvier à 8h. Un buffet sera servi à minuit ainsi qu’un déjeuner le matin.

Billets : 10$ en prévente à la librairie l'Alphabet et à la COOP de l'UQAR; 15$ à la porte.

Pour plus d’information et pour signaler votre intention à participer, visitez la page de l’événement :


lundi 19 novembre 2018

La Grande Guerre racontée


Le 23 novembre prochain, en l’honneur du centenaire de l’armistice, une soirée de lecture de textes marquants des 20e et 21e siècles sera organisée conjointement par le Département des lettres et communication du cégep de Rimouski et le Département des lettres et humanités de l’UQAR.

Des lectrices et des lecteurs se relaieront, lors de cette soirée, pour faire entendre ou rappeler le portrait hallucinant, bouleversant, tragique et obstiné que ces textes, mis ensemble, dressent de l’événement, qui semblera plus proche que jamais.

Au programme, des textes poétiques et romanesques d’Apollinaire, Proust, Céline, Aragon, Giono, Camus, Simon et d’autres.

Portés par les voix de Sébastien Chabot (étudiant au doctorant), Camille Deslauriers (professeure), Katerine Gosselin (professeure), Claude La Charité (professeur), Anthony Lacroix (étudiant à la maîtrise), Joanie Lemieux (étudiante au doctorat), Pénélope Mallard (étudiante à la maîtrise) et plusieurs autres lecteurs et lectrices.

Venez les entendre au Musée régional de Rimouski, le vendredi 23 novembre à 19h00, entrée gratuite.

Pour plus d’informations, visitez l’événement facebook à cette adresse : 




Sébastien Chabot
Photo: Mathieu Gosselin
Sébastien Chabot est convaincu d’être Suédois. Un jour, il sera joueur de rugby et deviendra le capitaine des All Blacks. En attendant, il est chargé de cours à l’Université du Québec à Rimouski. Sébastien Chabot a un rapport compliqué à la réalité. Il est romancier. Il vient d’apprendre à parler anglais. Il est bien fier de lui. Il a écrit Ma mère est une marmotte (2004), L’Angoisse des poulets sans plumes (2006), Le chant des mouches (2007), L’Empereur en culottes courtes (2013) et la nouvelle « Une jeune fille rangée pas très catholique » dans le recueil Quand marie relevait son jupon (2015).


Camille Deslauriers
Photo: Françoise P.-Cloutier
Camille Deslauriers est professeure régulière en création littéraire au Département des lettres et humanités de l’Université du Québec à Rimouski. Elle a publié Femme-Boa (2005; en lice pour le Prix Alfred Desrochers 2012) et Eaux troubles (2011; Prix des enseignants AQPF-ANEL 2012). Les ovaires, l’hypothalamus et le cœur (Septentrion, collection « Hamac », 2018) est son troisième recueil de nouvelles. Ses recherches portent sur les formes brèves, plus spécifiquement sur la nouvelle et le conte contemporains. Elle s’intéresse également à la géocritique, à la pédagogie de la création littéraire et aux processus de création des nouvelliers et des conteurs.


Claude La Charité
Titulaire de la Chaire de recherche du Canada en histoire littéraire et patrimoine imprimé, Claude La Charité est professeur au Département des lettres et humanités à l’Université du Québec à Rimouski et directeur du Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité xvie-xviiie siècles (CIREM 16-18). Auteur de La Rhétorique épistolaire de Rabelais (Nota bene, 2003) et co-auteur de Rabelais aux confins des mondes possibles (Presses universitaires de France, 2011), il a publié en 2015 un recueil de nouvelles intitulé La pharmacie à livres et autres remèdes contre l’oubli à L’instant même et fera paraître Rabelais éditeur du Pronostic. « La voix véritable d’Hippocrate » aux Classiques Garnier. Membre du comité de direction de la revue L’Année rabelaisienne, il siège au bureau de la Société Française d’Étude du XVIe siècle et est le correspondant au Canada de la Société d’Histoire Littéraire de la France. Il a obtenu en 2013 la Distinction Alcide-C.-Horth de la Fondation de l’UQAR et en 2015, le Prix Montaigne de la Société canadienne d’études de la Renaissance.


Anthony Lacroix
Anthony Lacroix a fondé, en 2012, les éditions Fond’tonne. Il est étudiant au deuxième cycle à l’Université du Québec à Rimouski, sous la codirection de Camille Deslauriers et Nathalie Watteyne. Ses intérêts de recherche portent sur la poésie contemporaine, la représentation des lieux en littérature et la recherche-création. Il est présentement directeur de la section poésie pour La Recrue, critique pour Le Mouton Noir et auxiliaire de recherche à la TELUQ. Il a publié trois livres et différents textes dans plusieurs revues de création littéraire.


Joanie Lemieux
Photo: Françoise P.-Cloutier
Joanie Lemieux est née à Gaspé. En parallèle avec ses études doctorales, elle pratique la création littéraire. Certains de ses textes lui ont valu des prix, dont celui de l’AQPF-ANEL 2016 (catégorie Nouvelles), pour Les trains sous l’eau prennent-ils encore des passagers?, son premier recueil.


Katerine Gosselin
Katerine Gosselin est professeure de littérature contemporaine à l’Université du Québec à Rimouski depuis 2013. Ses travaux s’articulent autour de l’œuvre de Claude Simon, à partir de laquelle elle cherche à définir la spécificité de la mémoire contemporaine de la littérature. Elle a publié des articles sur la littérature contemporaine, sur Simon, sur le Nouveau roman et sur Valéry dans des revues (@nalyses) et des ouvrages collectifs (Claude Simon: situations, 2011; La Mémoire du roman, 2013). Elle a codirigé deux dossiers qui sont parus respectivement dans Études littéraires en 2014 (Aragon théoricien/praticien du roman) et dans Littérature en 2015 (Écrire en contrepoint).


Pénélope Mallard

Traductrice de formation, Pénélope Mallard vient de terminer une maîtrise en création littéraire à l’Université du Québec à Rimouski et met la touche finale à un roman par nouvelles, une histoire de bouilloire et de bigoudis. Ses textes ont été publiés dans différentes revues, au Québec et en France. Elle enseigne à l’École d’immersion française de Trois-Pistoles et écrit régulièrement dans Le Mouton Noir. Elle adore la banquise et les petits pois.