Inscrivez votre adresse électronique ici pour recevoir nos messages par courrier électronique

lundi 6 août 2018

Julien Chauffour fera une lecture aux Thés littéraires


Le 12 août prochain, le doctorant Julien Chauffour lira de la poésie dans le cadre des Thés littéraires organisés par le Carrefour de la littérature, des arts et de la culture (CLAC), un événement organisé en collaboration avec le Salon du livre de Rimouski. Il s'agit aussi de la dernière journée de l’Université d’été en lettres et création littéraire de l’UQAR (UELCL). La lecture aura lieu en première partie d’une activité mettant en vedette Tristan Malavoy et Frédric Gary-Comeau, deux poètes qui partagent aussi une relation auteur-éditeur, et qui sera animée par Robin Doucet, directeur général du Salon du livre de Rimouski.

Provenant d’un recueil en cours de composition, les poèmes que lira Julien Chauffour s’inscrivent dans une recherche de respiration sincère du corps et des mots : «Le souffle des choses. Un être et deux poumons.»

Le Thé littéraire commencera à 16h, aux Jardins de Métis, 200 route 132, Grand-Métis
Admission générale : 20$
Membres du CLAC, des Jardins de Métis, du Salon du livre de Rimouski et étudiants : 17$
Membres de l’UELCL : 15$
Réservation obligatoire : 418 775-2764

Julien Chauffour
Diplômé de littérature sous-marine, Julien C. a récemment obtenu le grade de maître en description coralienne à l’Université du Québec à Rimouski. Mais c’est au Mexique et en Thaïlande qu’il s’est frotté aux poissons porcs-épics et aux rascasses volantes. Auparavant, il lisait de la science-fiction aquatique, étudiait à Lyon et fondait une compagnie de théâtre sous-marin. Maintenant, il a trop chaud.



jeudi 2 août 2018

La création littéraire à l’UQAR durant l’Université d’été


L’Université d’été en lettres et création littéraire (UELCL) bat son plein et offre des activités jusqu’au 12 août prochain. Entre autres, trois spectacles mettront en vedette des étudiants, étudiantes et une professeure de l’UQAR, qui y liront des textes de leur cru.

Le premier spectacle, qui aura lieu le 4 août à 20h30 à la buvette de l’Auberge du Mange Grenouille (Le Bic) et dont feront partie des écrivains et écrivaines invité.e.s à l’Université d’été, inclura trois personnes de l’UQAR : la professeure Camille Deslauriers, l’étudiant à la maîtrise Anthony Lacroix ainsi que la doctorante Joanie Lemieux.

Le second spectacle aura lieu le 10 août à 20h à la COOP Paradis. On y entendra des textes, parfois inédits, parfois issus de publications, qu’ont écrits les étudiants et étudiantes du séminaire de 2e et 3e cycles, dont plusieurs sont de l’UQAR : Maude Arcand-Duchaussoy, Mélitza Charest, Julien Chauffour, Anthony Lacroix, Joanie Lemieux, Arthur Poirier-Roy et Valérie Provost.

Le troisième spectacle se déroulera aussi à la COOP Paradis, le 11 août à 20h. Monteront alors sur scène les étudiants et étudiantes de premier cycle, qui auront écrit des textes pendant l’Université d’été et dont plusieurs étudient au baccalauréat en lettres et création de l’UQAR : Élodie Beaulac-Labelle, Tina Laphengphratheng, Marie-Pier Pinel et Marion Szymczak.

Les trois spectacles seront agrémentés d’un accompagnement musical de Rosaline Deslauriers (mandoline, violon) et Robin Servant (accordéon, guitare).

Pour consulter l’horaire de l’ensemble des festivités publiques de l’UELCL, suivez ce lien Fb (et profitez-en pour aller aimer la page!) :




dimanche 29 juillet 2018

Une étudiante de l’UQAR en première partie de Jean-Paul Daoust



Le 5 août prochain, l’étudiante à la maîtrise Marie-Ève Garon sera en première partie de Jean-Paul Daoust, dans le cadre des Thés littéraires aux Jardins de Métis. Cette activité est organisée par le Carrefour de la littérature, des arts et de la culture (CLAC) en partenariat avec l’Université d’été en lettres et création littéraire de l’UQAR.

Marie-Ève Garon y lira un extrait de son mémoire, intitulé Presque nue, lequel met en scène un je lyrique féminin qui évoque sa trajectoire entre l’intimité d’une relation qui n’existe plus (mort/deuil) et sa sortie vers le monde extérieur. L’extrait choisi est tiré du premier chapitre, dans lequel les objets et les lieux sont liés de façon intrinsèque à ce qui constituera, par la suite, la représentation de l’absence. On s’y trouve davantage dans des espaces clos et des perceptions liées à l’intimité.

Jean-Paul Daoust emmènera par la suite le public en randonnée dans les Jardins de Métis. L’activité affiche malheureusement déjà complet :

Marie-Ève Garon
Originaire d’Amqui dans la Vallée de la Matapédia, Marie-Ève Garon complète actuellement une maîtrise en poésie à l’Université du Québec à Rimouski. Elle partage son temps entre l’écriture et la vie de famille. Depuis 2016, elle publie ses chroniques sur le bien-être et l’art de vivre dans différents magazines et sur son blogue, Marie-Ève Garon – K origine.